Search
  • Mounir BENRADI

GALAXY NOTE 7 : RETOUR EN 5 ACTES SUR LE PLUS GROS FIASCO DE L’HISTOIRE DE LA TÉLÉPHONIE MOBILE.

CLAP DE FIN - Le rappel planétaire du Galaxy Note 7 aurait pu suffire à limiter la casse pour le géant sud-coréen. Mais de nouveaux incidents, concernant cette fois des appareils de remplacement, et donc théoriquement "sûrs", ont contraint Samsung a arrêter la production de sa nouvelle Phablette. (Communiqué du 11 oct 16:48 GMT)


C’est de loin le lancement le plus désastreux de toute l’histoire de la téléphonie mobile. Un peu moins de deux mois après son lancement, le géant sud-coréen de l'électronique a acté ce mardi matin l'arrêt définitif de la production du Galaxy Note 7, dont une partie des batteries qui équipent l'appareil présente un risque d'incendie. Autrement dit : c’est bel et bien la fin pour le Galaxy Note 7. Retour en cinq actes sur le lancement le plus désastreux de toute de l'histoire de la téléphonie mobile.


ACTE 1 - Un lancement anticipé pour damer le pion à l’iPhone 7


Tout avait pourtant si bien commencé. Doté d’un écran de 5,7 pouces, le nouveau Samsung se situe clairement dans le registre des "phablettes", ces smartphones grand format doté d’un écran XXL. C’est également un appareil haut de gamme, commercialisé à 859 euros, avec des fonctionnalités telles que le scanner d’iris.

Le Note 7 doit venir concurrencer les produits d’Apple, notamment l’iPhone 7, dont la sortie est prévue quelques semaines plus tard. La commercialisation du Galaxy Note 7 doit commencer à compter du 19 août aux Etats-Unis et en Corée du Sud, avant son déploiement mondial. Encensé par tout la presse spécialisée, les précommandent s’envolent immédiatement.


ACTE 2 - Samsung ordonne le rappel de 2,5 millions d’appareils


Un mois jour pour jour après la présentation de son modèle, Samsung publie un communiqué pour annoncer le rappel du produit. "Nous avons reçu plusieurs signalements d’explosion de la batterie du Note 7. Nous avons confirmation qu’il y a un problème", déclare le chef de l’activité mobile de Samsung, Koh Dong-jin, lors d’une conférence de presse à Séoul, où se trouve le siège du groupe sud-coréen.

A ce moment là, trente-cinq cas d’incidents concernant la batterie du téléphone, qui a pris feu lors de sa charge dans la plupart des cas, ont été alors recensés : soit "un modèle sur 46.000", précise d'ailleurs Samsung. L’ampleur de l’opération est inédite pour le groupe sud-coréen, qui a déjà écoulé 2,5 millions d’appareils sur le marché. Le coût de l’intervention tourne alors autour du milliard de dollars, estime le site américain Bloomberg.


ACTE 3 – Les autorités américaines alertent les consommateurs


Le 8 septembre, l’Administration fédérale américaine de l’aviation (FAA) émet un avertissement sur le Galaxy Note 7. Dans son communiqué, la FAA recommande aux passagers de "ne pas allumer ou recharger [le Galaxy Note 7) à bord, de ne pas le placer dans des bagages en soute".

Le lendemain, la Commission américaine de protection des consommateurs (CPSC) s’en mêle à son tour et appelle "à l’éteindre et à ne plus s’en servir jusqu’à son échange". Le remplacement des appareils défectueux doit alors débuter la semaine suivante L’opération, qui a débuté le 1er octobre en Corée du Sud, semblait alors se dérouler convenablement.


ACTE 4 – Un avion évacué à cause d’un Note 7… théoriquement sûr


L’opération de remplacement des modèles défectueux, qui a débuté le 1er octobre en Corée du Sud, semblait se dérouler convenablement, jusqu'à la semaine dernière. Le 5 octobre dernier, à Louisville aux Etats-Unis, les passagers d'un avion de la compagnie Southwest Airlines ont dû être évacués en urgence. La raison ? Un Note 7 de Samsung a commencé à prendre feu à bord, alors qu’il se trouvait dans la poche d’un passager, rapportait le site spécialisé The Verge.


ACTE 5 – Clap de fin pour le nouveau Galaxy Note 7 de Samsung


Après avoir reconnu lundi qu’il "ajustait les volumes de production" du Note 7, suite à des rumeurs sur la cessation de la fabrication du téléphone, le constructeur sud-coréen demande officiellement à ses partenaires de cesser la vente et les échanges de son téléphone.

Samsung a mis un terme au fiasco ce mardi 11 octobre, en annonçant dans un communiqué lapidaire l’arrêt de la production du modèle incriminé : "La sécurité de nos clients étant notre plus haute priorité, nous avons décidé de mettre un terme aux ventes et à la production de Galaxy Note 7", écrit Samsung dans son communiqué.

Et de conseiller à ses clients d’"éteindre et d’arrêter d’utiliser" leur phablette par "mesure de précaution" : "La sécurité de nos clients étant notre plus haute priorité, nous avons décidé de mettre un terme aux ventes et à la production de Galaxy Note 7 ", écrit Samsung dans son communiqué. Pour l'heure, il est encore trop tôt pour connaître la nature exacte de la défaillance.


ÉPILOGUE - Un accident industriel à 10 milliards de dollars ?


Tout ce qu'on peut dire aujourd'hui c'est que le problème semble lié à la batterie de la phablette. Cependant, le fait que des modèles de remplacement soient également concernés prouve que Samsung lui-même n'a pas la réponse à l'heure où nous écrivons cet article.

Certains analystes estiment que la marque sud-coréenne, prête à tout pour rester à flots dans un marché ultra-concurrentiel, aurait bâclé la production du Note 7. Citée par l'AFP, Linda Sui, spécialiste de la téléphonie mobile au cabinet Strategy Analytics, estime que cette affaire pourrait coûter à Samsung au moins "10 milliards de dollars".

2 views

Conçu, développé et mis en ligne par Mounir BENRADI Professeur Consultant Expert en Marketing Digital à Casablanca au Maroc  -  Dernière mise à jour : Juin 2018

  • Mounir BENRADI Expert Marketing
  • Mounir BENRADI expert Marketing
  • Mounir BENRADI expert Marketing
  • Mounir BENRADI expert Marketing
  • Mounir BENRADI expert Marketing
Mounir BENRADI Expert Marketing Digital à Casablanca au Maroc.
Marketing Business
by
Mounir BENRADI
Professeur Consultant Expert en Marketing & Marketing Digital au Maroc

+212  612  42  42  42

mounir@benradi.com