Lexique

Marketing

MARKETING ou Mercatique (Terme Français peu fréquent).

Il s’agit des pratiques mises en œuvre par les organisations, de façon coordonnée, pour atteindre leurs objectifs , ces pratiques comprennent:

 

  1. L’étude des différents publics, de leurs besoins, usages, désirs et aspirations,

  2. La création d’offres de produits, de services et d’expériences,

  3. La diffusion de ces offres dans une perspective marchande ou non marchande »

 

Ceci implique clairement :

 

L’établissement de relations équitables avec leurs différents partenaires, dans le respect des réglementations, ainsi que la prise en compte des conséquences futures de ces pratiques sur l’ensemble des parties prenantes et sur la société au sens large .

“Selon l’association Française du Marketing”

 

Ces partiques s'appliquent, quelle que soit la taille de l'entreprise ou de l'organisation, à deux niveaux :

 

1. Marketing opérationnel : il s’agit — au niveau marque, service ou produit — de l’optimisation, de la coordination et de la combinaison des leviers (le marketing mix) permettant d'agir sur l’offre, ainsi que de la mise en œuvre d’outils et de techniques choisis pour conquérir des parts de marché.

2. Marketing stratégique : il s’agit du choix du/des marché(s) sur le(s) quel(s) l’entreprise ou l’organisation décide de se battre et de la définition générale de son attitude et de son positionnement face aux concurrents qui s’y trouvent.

LA STRATEGIE MARKETING.

La stratégie marketing d'une entreprise est une démarche d’étude et de réflexion  qui s’inscrit dans sa stratégie globale et dont le but est de s'approcher au plus près de l’adéquation offre-demande.

 

Il s'agit pour l'entreprise de viser à augmenter le chiffre d'affaires, les parts de marché et la permanence des clients tout en profitant d’économie d’échelle considérable.

 

La stratégie Marketing se résume souvent à l'élaboration d'un marketing-mix et qui s’opère en trois phases, à savoir : la segmentation, le ciblage et le positionnement qui correspondent aux trois phases S, T, P, Segmenting, Targeting, Positionning  (Framework de Dawn Iacobucci).

La segmentation du marché :

Une technique marketing qui consiste à subdiviser un marché selon divers critères. Il s'agit ensuite de créer une représentation d'un groupe de consommateurs partageant certains critères en commun qui peuvent être d'ordre géographique, psychologique, ethnique, culturel, démographique...L'objectif est de pouvoir ensuite définir un produit de sorte à le rendre attractif à un groupe de consommateurs. Les sous-groupes doivent être définis et identifiés afin d'être homogènes, mesurables, accessibles, substantiels et pertinents.

 

Le ciblage (targeting) :

Le ciblage consiste à choisir le ou les segments d'une population susceptibles d'acheter un produit ou un service. Cette phase permet de faire une évaluation de l'intérêt relatif de chaque segment pour le produit ou le service. Pour finir, cela permet à l'entreprise de choisir quel(s) segment(s) elle peut cibler en fonction de ses produits, et en fonction de la rentabilité escomptée.

 

Le positionnement :

Dans un premier temps, il s’agit d'identifier les spécificités d'une entreprise, d'une enseigne, d'un produit ou d'un service qui permettent une différenciation avec la concurrence. Dans un second temps, le positionnement consiste à définir les caractéristiques et spécificités que l'on souhaite octroyer au produit, à la marque ou à l’entreprise afin de se différencier sur le marché. Le positionnement par différenciation permet à un produit d'être perçu comme unique vis-à-vis d'un groupe de consommateurs.

LE MARKETING DIRECT.

Le marketing direct est une technique de communication et de vente qui consiste à diffuser un message personnalisé et incitatif vers une cible d'individus ou d'entreprises, dans le but d'obtenir une réaction immédiate et mesurable. Autrement dit, le marketing direct est celui qui touche directement la cible.

Il s’agit de répondre à un double enjeux :

 

1. La conquête de nouveaux clients :

Le marketing direct permet de recruter de nouveaux clients, grâce à une offre adaptée, testée sur différentes cibles de prospects auxquels on propose de s'abonner à un service, d'adhérer à un club, ou de souscrire à une opération. Le nombre de clients effectivement acquis en fin d'opération, comparé au nombre de messages émis au départ, permet de calculer le taux de rendement de l'opération, et surtout le coût d'acquisition d'un nouveau client.

 

2. La fidélisation des clients acquis : 

L'analyse du comportement des clients recrutés permet de segmenter le fichier client en fonction de critères de segmentation, et de proposer à chaque fréquence des achats, de la quantité par commande, de la largeur des besoins couverts, et surtout un renouvellement de l'abonnement ou de la souscription avant son terme, pour augmenter la durée de vie du client et le revenu dégagé pour l'entreprise pendant la durée de vie des clients.

Alors que la publicité a pour but de faire connaître un produit ou de faire aimer une marque, le marketing direct permet quant à lui de calculer très précisément la rentabilité des actions réalisées, puisqu'on connaît, pour chaque annonce diffusée, ou pour chaque publipostage (mailing) réalisé, le nombre exact de commandes finalement obtenues, et la marge nette dégagée.

LE MARKETING MIX.

 

Ou mix marketing ou plan de marchéage désigne, dans le cadre d'une entreprise ou d'une marque la combinaison coordonnée de décisions opérationnelles relatives aux volets clés de la commercialisation réussie identifiées techniquement par un “P”.

 

longtemps cantonné traditionnellement à 4 variables :

Produit, Prix, Place, Promotion,

le marketing mix compte aujourd'hui autant de variables qu'il est nécessaire.

 

Le « Chartered Institute of Marketing », la plus importante association mondiale de professionnels du marketing, 40 000 membres, a adopté en 2009 un marketing mix à 7 variables. Soit les 4 P auxquels viennent s’ajouter : Le Personnel, Les Process ainsi que les Preuves Physiques.

LE MARKETING VIRAL.

Le marketing viral est un mode de promotion d’une offre commerciale ou marketing par lequel ce sont les destinataires de l’offre ou message qui vont assurer l’essentiel de sa diffusion finale en le recommandant à des proches ou collègues.

Dans le cadre du marketing viral, l’offre se diffuse comme un virus, d’où le terme de marketing viral.

Lors d’une vraie campagne de marketing viral réussie, l’essentiel de l’exposition obtenue par un message ou une offre ne provient pas d’un achat d’espace publicitaire mais du phénomène de recommandation ou bouche à oreille.

La recommandation virale peut être spontanée en fonction de la valeur utile, de l’originalité ou du caractère humoristique du message, ou parfois rémunérée à travers un système de parrainage.

LE MARKETING SOCIAL. (sociétal)

 

Le marketing social ou sociétal  est une pratique qui recourt aux principes et aux techniques du Marketing dans le but d’amener un public cible à accepter, rejeter, modifier ou délaisser volontairement un comportement dans son intérêt, dans l’intérêt d’un groupe ou dans l’intérêt de l’ensemble de la société. 

Il s’agit, autrement dit, d’une déclinaison du marketing qui vise à exploiter les valeurs sociales de la cible afin de présenter le produit sous un aspect respectueux de son univers de consommation. Il n’est alors pas rare que l’entreprise s’investisse pour cela dans le soutien d’une cause humanitaire, sociale ou simplement relative à la santé de ses consommateurs. 

 

La vente d’un produit n’apparaissant plus comme l’objectif principal, cela permettra à l’entreprise de développer progressivement une image institutionnelle positive et respectée, qui pourra en partie ou en totalité être transférée aux produits par la suite.

 

LE CONTENT MARKETING. 

Le marketing de contenu (en anglais content marketing, brand marketing ou brand content), appelé parfois aussi stratégie éditoriale, est une stratégie Marketing qui implique la création et diffusion, par une entreprise, de contenus Média afin d'acquérir de nouveaux clients. 

Ces contenus informatifs, utiles ou ludiques, peuvent être présentés sous forme de news, vidéos, ebooks, infographies, études de cas, guides pratiques, systèmes de questions-réponses (ou FAQ – foires au questions), photos, forums,blogs … etc.

Le marketing de contenu associe une logique de communication de marque à une offre média traditionnelle.

Le content marketing, plutôt utilisé dans le domaine du BtoB s'adresse plutôt aux prospects avec une optique commerciale tandis que le brand content (contenu de la marque) considère le contenu comme une émanation de la marque et s'adresse à différents publics.

Le marketing de contenu est particulièrement développé sur le web où il se distingue de la publicité traditionnelle qui consiste à afficher des messages publicitaires sous forme de bannières sur des sites internet. Les entreprises écrivent notamment de véritables scénarios de “Story Telling” sur leurs sites diffusant sur les réseaux sociaux où elles peuvent engager une véritable conversation avec leur communauté de fans ou leurs clients.

LE WEB MARKETING. (E-Marketing)

Le e-marketing ou web marketing ou marketing digital ou encore marketing électronique, correspond à l'ensemble des méthodes et des pratiques marketing sur Internet : 

communication en ligne (influence et réseaux sociaux), 

optimisation du commerce électronique, 

création de trafic au travers de tous supports numériques (ordinateur, téléphone mobile, lecteur de podcast, jeux vidéo et affichage dynamique - panneau publicitaire extérieur & télévision en point de vente).

Le terme regroupe chaque discipline du marketing électronique (cybermarketing pour le marketing fait sur internet ; marketing mobile pour le marketing sur les terminaux portables, etc).

 

Les techniques de e-marketing permettent de développer la relation-client à un niveau jamais atteint auparavant : L'interaction permanente est désormais de mise.

Le marketing du site internet est utilisé en complément avec le référencement naturel du site.

LE STREET MARKETING.

 

Le "street Marketing" ou Marketing de rue est une technique de promotion, non conventionnelle issue du guérilla marketing, qui s’étend de la simple distribution d’imprimés à la sortie du métro jusqu’à une présence au sein d’événements de grande envergure (compétitions sportives, festivals de musique...). Il permet de renforcer une communication de proximité, de créer du trafic sur un site internet (à l'aide de la digitalisation des données collectées, comme les emails ou les numéros de téléphone) et de dynamiser les ventes. Le street Marketing est une pratique non conventionnelle de plus en plus utilisée par les starts ups (en raison de son coût moindre), et par les multinationales (du fait de sa mesurabilité précise).

L'un de ses principes est d'identifier les zones de passage ou de rassemblement de la population à atteindre afin de mener une opération très ciblée : universités, stades, concerts, quartiers d’affaires ou encore entrées de magasins ou à proximité immédiate des points de vente de l’enseigne. Son objectif consiste notamment à créer l’événement, à surprendre et à rapprocher la marque des consommateurs afin de leur faire passer des messages alternatifs au travers la mise en place d'animations interactives destinées à marquer leurs esprits.

 

Toutes les opérations prenant place en dehors des points de vente ne relèvent pas du street marketing. Sept techniques peuvent être considérées comme des techniques de street marketing :

  • La distribution de produits et/ou de flyers

  • L'animation produit

  • L'animation humaine

  • La tournée mobile

  • L'action travestie (ou uncovered action)

  • L'action évènementielle (ou event action)

  • L'animation digitale

GUERILLA MARKETING.

Le guérilla marketing est un concept de stratégie de publicité conçue pour les petites entreprises afin de promouvoir leurs produits ou services de façon non conventionnelle en dépensant peu de budget. Des grandes entreprises ont repris le terme et les techniques mais avec des budgets beaucoup plus importants.

Pour être qualifiées de guérilla marketing, les activités doivent être effectuées exclusivement dans les rues ou autres lieux publics, comme les centres commerciaux, les parcs ou sur les plages, c’est-à-dire des lieux accessibles à un maximum de personnes. L'un des objectifs de cette interaction est de provoquer une réaction émotionnelle aux clients pour qu’au final ils se rappellent des marques d'une manière différente de celles utilisées habituellement. Le défi de toute campagne de guérilla marketing est de trouver l'endroit et l'heure pour effectuer une opération sans être impliqué juridiquement.

 

On peut distinguer différent types de Guérilla Marketing : 

 

« Ambush Marketing » (ou marketing embusqué) : « L’ambush marketing est une forme de co-marketing utilisée par une organisation pour capitaliser sur la reconnaissance, l’attention, ou tout autre bénéfice généré par l’association avec un évènement ou un bien, sans que cette organisation n’ait un lien direct ou officiel avec cet évènement ou ce bien.» Ainsi, cette organisation va profiter de la notoriété et de la diffusion médiatique de l’événement.

« Stealth Marketing » (ou marketing furtif) : « Le stealth marketing est une action délibérée pour entrer, jouer dans, ou sortir d’un marché de manière secrète et imperceptible, ou tout du moins une tentative de faire ainsi ». Les personnes prennent part au produit sans savoir qu’ils sont acteurs de la campagne de publicité. Il faut être prudent et discret car si les participants sont mis au courant, cela aura un effet négatif sur la marque.

« Viral Marketing » : « Le marketing viral est du bouche-à-oreille électronique par lequel un message marketing, relatif à une entreprise, une marque ou un produit, est transmis de manière exponentiellement croissante, la plupart du temps au travers des médias sociaux. ». Le but est de créer le buzz via le marketing de réseau.

« Ambient Marketing » : « L’ambient marketing est une forme complexe de communication d’entreprise, qui mobilise les éléments de l’environnement externe, incluant potentiellement tout type de surface physique existante, pour transmettre des messages à même de susciter l’engagement du consommateur. ». C’est une compilation de l'intelligence, la souplesse et l'utilisation efficace de l'atmosphère.

LE MARKETING STRATEGIQUE.

Le marketing stratégique permet de fixer  des objectifs marketing (produits, marchés, pricing, distribution…etc.) pour le développement des marchés de l’entreprise en s’appuyant sur les résultats d’études et d’analyses.

Le marketing stratégique regroupe l’ensemble des orientations à moyen / long terme et décisions relatives à la stratégie marketing d’une entreprise.

Le marketing stratégique s’oppose généralement au marketing opérationnel plus orienté sur le court terme.

Pour en savoir plus sur le marketing stratégique voir stratégie marketing.

LE MARKETING OPERATIONNEL.

Le marketing opérationnel désigne l’ensemble des techniques marketing mises en œuvre sur le court / moyen terme et permettant d’atteindre les objectifs définis dans le domaine du marketing stratégique.

Les actions de marketing opérationnel sont théoriquement déployées sur la base des études  marketing préalables et lorsque la politique produit a été établie. Dans la pratique ces deux derniers domaines évoluent évidemment en permanence.

Les actions promotionnelles, publicitaires et de marketing direct appartiennent, entre autres, au domaine du marketing opérationnel.

LE MARKETING RELATIONNEL.

Le marketing relationnel est l’ensemble des actions marketing qui visent a établir une relation continue, renforcée et enrichie avec le consommateur afin de le fidéliser.

Cette relation se construit par l’établissement d’un dialogue entre la marque et le consommateur qui s’effectue sur différents canaux et supports (site Internet, réseaux sociaux, emailing, mailing, consumer magazine, etc.) et éventuellement par un dispositif visant à récompenser le consommateur (carte fidélité, services exclusifs, invitations, etc.)

Théoriquement, le marketing relationnel vise à développer la relation en dehors même des moments de consommation ou d’achat et s’oppose ainsi au marketing transactionnel. L’email d’anniversaire peut être vu comme une pratique type de marketing relationnel.

Dans la pratique, le terme de marketing relationnel est très souvent utilisé un peu abusivement pour désigner des programmes de fidélité avec système de récompense par points.

LE COMPORTEMENT DU CONSOMMATEUR.

L’étude du comportement du consommateur  "Consumer Behavior" s’intéresse principalement aux processus de décision du consommateur, à ses comportements en points de vente, à ses réactions face aux sollicitations marketing et publicitaires ainsi qu’à ses actions dans le domaine de la fidélisation.

La compréhension du comportement du consommateur fait largement appel aux techniques de la psychologie, aux études qualitatives et aux études en laboratoires ou points de vente.

LA PYRAMIDE DE MASLOW.

La pyramide de Maslow établie par le sociologue du même nom hiérarchise dans l’ordre suivant 5 types de besoins :

– Les besoins physiologiques (alimentation, vêtement, habitat,..)
– Les besoins de sécurité
– Les besoins d’appartenance (à un groupe social)
– Le besoin d’estime
– Le besoin d’auto-expression ou d’auto-réalisation

Selon Maslow, ces besoins sont hiérarchisés, cela signifie qu’un besoin de niveau inférieur doit normalement être comblé avant que celui du niveau supérieur prenne de l’importance.

L’analyse de Maslow a notamment été utilisée dans le domaine du marketing et du management.

L'ANALYSE SWOT.

L’analyse ou matrice SWOT est une méthode ou outil d’analyse stratégique de l’entreprise pouvant être utilisé dans le domaine du marketing pour une entreprise ou un produit.

SWOT constitue les initiales pour :

– Strengths (forces)
– Weaknessess (faiblesses)
– Opportunities (opportunités)
– Threats (Menaces)

L’analyse SWOT combine les dimensions internes (SW) et externes (OT) à l’entreprise et les aspects positifs (FO) et négatifs (WT).

 

L'ANALYSE PESTEL.

 

En stratégie d'entreprise, et particulièrement en sa stratégie Marketing, l'analyse PESTEL (Politique, Economique, Sociologique, Technologique, Ecologique, Légal) est un modèle permettant d'identifier l'influence (positive ou négative) que peuvent exercer, sur une organisation, les facteurs macro-environnementaux.

 

Le modèle PESTEL distingue six catégories d'influences macro-environnementales qui peuvent influencer une industrie. Il s'agit des facteurs :

  1. Politiques : stabilité gouvernementale, politique fiscale, protection sociale, commerce extérieur, etc.

  2. Économiques : cycle économique, évolution du PNB, taux d'intérêt, politique monétaire, inflation, chômage, revenu disponible, etc.

  3. Sociologiques : démographie, distribution des revenus, mobilité sociale, consumérisme, niveau d'éducation, attitude de loisir et de travail, etc.

  4. Technologiques : dépenses publiques en R&D, investissements privés sur la technologie, nouveaux brevets ou découvertes, vitesse de transfert technologique, taux d'obsolescence, etc.

  5. Écologiques : lois sur la protection de l'environnement, retraitement des déchets, consommation d'énergie, etc.

  6. Légaux : lois sur les monopoles, droit du travail, législation sur la santé, normes de sécurité, etc.

L'analyse PESTEL ne doit pas se limiter à une simple liste. Elle doit se conclure par l'identification desstructures les plus concluants pour le marché considéré que l'on appelle les variables pivots.

Le croisement des évolutions possibles des variables pivots permet de définit des scénarios d'évolution du marché.

 

 

LE BENCHMARKING.

 

La traduction naturelle du benchmarking pourrait être "Etude comparative". Plus précisément, un benchmark dans le milieu marketing est l'étude d'un produit ou d'un service comparativement aux leaders du marché. Plus qu'une technique marketing, le benchmarking est un véritable processus d'analyse de la concurrence, dont le but principal est de pouvoir augmenter la performance de l'entreprise. Mais loin d'être un plagiat, il s'agit d'une comparaison, qui peut amener à l'utilisation d'une technique prise chez leader mais adaptée au secteur et à l'entreprise en question. De plus une entreprise qui réalise un Benchmark prévient son concurrent qui pourra s'il le souhaite l'aider en lui donnant des informations. 
L'idée est donc de construire la stratégie d'une entreprise par rapport aux références du secteur d'activité. On dénombre au total, 4 types de benchmarking différents :

  • Le benchmark Interne : comme son nom l'indique le benchmarking interne se réalise sans analyse externe. Il s'agit de réaliser une comparaison entre plusieurs services de l'entreprise pour déterminer le meilleur fonctionnement en interne et l'appliquer si besoin est à tous les autres services.

  • Le benchmark Compétitif : ce type de benchmark se réalise en comparant notre entreprise avec l'entreprise leader sur notre marché. Cela permet de modifier l'organisation en adaptant celle du leader à la notre.

  • Le benchmark Fonctionnel : ce benchmark se différencie des autres car il consiste à analyser le fonctionnement des services et le fonctionnement des départements d'entreprises qui ne sont pas concurrentes et qui ne sont même pas sur notre marché mais cela permet par exemple de pouvoir améliorer la performance du service de comptabilité ou autre et ainsi de faire progresser l'efficacité de l'entreprise.

  • Le benchmark Horizontal : il consiste à rechercher dans n'importe quel secteur des fonctions ou des processus similaires pour les comparer à ceux de notre entreprise.

Quelles sont les avantages pour l'entreprise ? Cela permet d'améliorer les performances, mais également la durée de vie de l'entreprise puisque un benchmarking permet de rester compétitif et de ne pas se faire dépasser par les concurrents. Enfin cela permet d'améliorer la productivité de l'entreprise, pour obtenir de meilleurs résultats. Le benchmarking est donc une méthode pour que l'entreprise reste en croissance et progresse sur son marché.

LE MARKETING BANCAIRE.

Le marketing bancaire est une notion marketing très simple à comprendre. Il s'agit du marketing des banques. Le marketing bancaire correspond au marketing des services et des produits mais appliqué à la banque. C'est à dire qu'une banque, pour attirer des clients, doit proposer des produits (financiers) et services différents des autres banques. Les techniques marketing utilisées par les banques ont fortement évolué ses dernières années pour plusieurs raisons, tout d'abord l'évolution technologique , avec la création de la carte de crédit , la création de la banque en ligne et des services associés au web. D'autre part, le marketing bancaire utilise de plus en plus les techniques de la grande distribution avec par exemple, des programmes de fidélisation, des promotions par Cash Back, des réductions pour les étudiants... A travers toutes ces démarches, l'objectif des banques est de recruter de nouveaux clients dès le plus jeune âge et fidéliser les clients actuels.

LES 5 FORCES DE PORTER.

La position concurrentielle de l’entreprise peut être analysée en décomposant les éléments qui la déterminent (Analyse de Porter). Porter propose un complément aux analyses en y incorporant certains éléments, qui, d’après lui, pèsent sur les marchés. Il s’agit notamment des fournisseurs de l’entreprise et des produits de substitution.

Dans l’analyse suivante, 5 forces déterminent la position concurrentielle de l’entreprise :

  • Concurrence Intrasectorielle :

L’intensité de cette concurrence dépend de la taille de l’entreprise, de la croissance du marché, de la différenciation des produits…. Elle évalue l’intensité de la concurrence entre les entreprises du même secteur. On peut calculer dans cette partie le taux de pénétration (ou taux de saturation) pour mesurer quantitativement cette intensité.
Plus la croissance du marché est forte, moins la concurrence est importante. Au niveau  de la différenciation des produits, plus ils sont différents et moins la concurrence est intense.

  • Entrants potentiels :

Cette menace dépend des barrières qui peuvent exister à l’entrée sur le nouveau marché : niveau de technicité/technologie nécessaire, de la fiscalité, des règlementations, de la fidélité des consommateurs à une marque, niveau des investissements…
Plus le marché sur lequel on se positionne est une niche, moins les entrants potentiels sont une menace.

  • Menace de produits de sustitution :

Ils peuvent empêcher les entreprises d’augmenter leurs prix, donc leurs bénéfices. Ils permettent d’avoir un prix d’équilibre et de réfléchir aux évolutions de l’offre de produits ou de services.

  • Pouvoir de négociation des clients :

Ils sont d’autant plus puissants qu’ils achètent en grande quantité et peuvent peser sur les caractéristiques des produits et sur les prix.
On retrouvera par exemple les grandes entreprises, les centrales d’achat dans la grande distribution, les collectivités territoriales…

  • Pouvoir de négociation des fournisseurs:

Comme pour les clients par l’intermédiaire des prix, avec en plus l’influence due aux délais de livraison, aux obligations de conditionnements…

Cette analyse permet à l’entreprise de revoir son positionnement pour ne pas perdre en compétitivité, ni en parts de marché.

LE NEUROMARKETING.

Il s’agit, en effet, de l’application des neurosciences cognitives au marketing et à la communication. Le but de cette discipline émergente est de mieux comprendre le comportement des consommateurs grâce à l’identification des mécanismes cérébraux qui interviennent lors d’un achat ou face à une publicité.

 

Autrement dit, il s’agit de l’analyse du fonctionnement du cerveau humain quand il est sous l’effet d’un stimuli (impact d’une marque, une gamme, un produit, un spot publicitaire … etc.), et par conséquent, la quête de l’amélioration des messages marketing et des outils de persuasion en général.

 

Ainsi, aux paradigmes théoriques en Marketing, cette nouvelle discipline (pas si nouvelle que ça après tout, car apparition dès les années 2000) permet d’intégrer des paramètres d’analyse purement scientifiques.

 

Simplifions un peu la chose ! Un spot publicitaire qui évoque une petite mignardise (Barette de chocolat par exemple) aura un quelconque effet sur le consommateur. Cet effet, est certainement amplifié si le même spot publicitaire vous est proposé un milieu d’après-midi (composante temporaire) et avec la mise en scène d’une personne entrain de déguster savoureusement la même barette de chocolat, cela peut aller jusqu’à vous provoquer l’eau à la bouche. Ainsi, l’analyse de l’effet de cette publicité démontrera que vos sens réagiront différemment selon le temps, la longueur de l’exposition et la nature du spot en dépit du fait qu’il s’agit du même produit.

 

Si L'expérimentation neurologique est souvent complexe, coûteuse, par conséquent hors budget pour la majorité des marques, et de facto réservée en priorité aux études pathologiques, Certaines techniques, les plus légères, tel l’électro-encéphalographie et l’IRM (Imagerie par Résonnance magnétique) sont dès lors les plus couramment utilisées notamment, pour cerner les mécanismes neurologiques liés à la préférence, l'attention, la mémorisation et les émotions. Nous retrouvons là des éléments clés quant au comportement des consommateurs et leurs décisions d'achat.

 

En résumé, s’agissant d’un pratique émergente en Marketing, les détracteurs y voient d’ores et déjà dans l’activation cérébrale de certains stimuli commerciaux, un premier pas vers une manipulation pure et simple et par conséquent une pratique qui relève de l'affabulation ou de l'ignorance. Les défenseurs du NeuroMarketing, quant à eux, n’y voient que des avantages. En l’occurrence, l’amélioration des outils d’aide à la communication Marketing et à la prise de décision des consommateurs. Ils avanceront, par ailleurs, que le fait d'observer (au niveau macroscopique) n'a jamais influé ou modifié le sujet d'observation … (A méditer quand même !)

LE INBOUND MARKETING.

 

En Français "Marketing Entrant". Il s'agit ni plus ni moins que d'une stratégie Marketing "PULL". Initiée par "Seith GODIN", notamment dans son ouvrage "Marketing Permissions", en tant que nouvelle technique Marketing, cette stratégie vise à faire venir le client à soi plutôt que d'aller le chercher avec les techniques de marketing management traditionnelles de type outbound marketing.

Par exemple dans le cas d'une compagne e-marketing, il faut attirer l'attention des prospects en produisant du contenu de qualité sur son site, afin qu'il soit fortement identifiable par les moteurs de recherche et partagé sur les réseaux sociaux. L'objectif est de gagner l'attention du prospect.

On parle aussi de "earned customers" ou client acquis, par opposition au "paid customers" ou le clients est "acheté" par de la publicité, du référencement payant, etc.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Conçu, développé et mis en ligne par Mounir BENRADI Professeur Consultant Expert en Marketing Digital à Casablanca au Maroc  -  Dernière mise à jour : Juin 2018

  • Mounir BENRADI Expert Marketing
  • Mounir BENRADI expert Marketing
  • Mounir BENRADI expert Marketing
  • Mounir BENRADI expert Marketing
  • Mounir BENRADI expert Marketing
Mounir BENRADI Expert Marketing Digital à Casablanca au Maroc.
Marketing Business
by
Mounir BENRADI
Professeur Consultant Expert en Marketing & Marketing Digital au Maroc

+212  612  42  42  42

mounir@benradi.com